Gabriel Biessy (1854-1935)


Artiste aux multiples facettes et à la grande sensibilité, Gabriel Biessy est un peintre essentiellement connu pour ses portraits, notamment de sa femme Marthe, qui joue régulièrement les modèles. Féru de voyage, on retrouve également dans son oeuvre des scènes de genre, de nombreux paysages et des vues de Paris. Ses tableaux témoignent de la vie quotidienne au XIXème siècle. Découvrez cet artiste de talent ...



Marie-Gabriel BIESSY dit Gabriel BIESSY naît en 1854, à Saint Pierre du Mont, une petite commune située non loin de Mont de Marsan, dans le sud-ouest de la France. A l'âge de 22 ans, il intègre l’École des Beaux-Arts de Lyon et fait ses débuts comme élève de Félix Clément.

En 1879, il rejoint finalement Paris où il intègre l'atelier de Luc- Olivier Merson et du fameux Carolus Duran (1837-1917), l'un des portraitistes les plus appréciés de la haute société de la Troisième République.


Peintre, graveur et orientaliste, il envoie ses premiers portraits au Salon de la Société Nationale des Beaux Arts, il y obtient une mention honorable en 1883 et y participe régulièrement.


Ci-contre : Portrait de Carolus Duran - Musée d'Orsay



En 1893, il épouse Marthe Gambier (1876-1968) avec qui il aura trois enfants. Eperdument amoureux de sa femme, Gabriel la peint régulièrement et cette dernière jouera un rôle prépondérant dans son oeuvre et étant régulièrement choisie pour être son modèle, notamment pour ses portraits les plus intimistes.


Ci- contre : Madame Biessy - Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, Madame Biessy à la vitrine et Marthe Biessy avec Claude enfant.


Au sein de la Galerie de Sophie, vous pouvez retrouver l'un de ses portraits intimes dans le tableau de "La lecture", où Marthe est représentée avec deux de leurs enfants, probablement Claude et Frans, en pleine séance de lecture.


>> Accédez à la page


En 1900, Gabriel Biessy est récompensé par une médaille de Bronze lors de l'Exposition Universelle. Privilégiant les portraits, les scènes de genre et les vues de Paris, ses tableaux témoignent de la vie quotidienne au XIXème siècle.


On peut prendre toute la mesure de son talent en comparant ses portraits de Clémenceau, réalisés au XXème siècle : le premier met en scène le "Tigre" en costume et dont la pose relève presque du portrait officiel, quand il est représenté sur le second portrait de pied, détendu voire même décontracté sur le pont d'un bateau.


En 1902, Gabriel Biessy est fait Chevalier de la Légion d'Honneur. Féru de voyages, il immortalise également de nombreux paysages d’Europe, d’Afrique, d’Amérique latine et d’Egypte, où il termine sa carrière comme Directeur des Beaux-Arts du Caire. Il termine ses jours à Bourg-La-Reine auprès de sa famille et dans une région chère à son coeur. On peut d'ailleurs retrouver dans de nombreux tableaux les paysages d'Arcueil, Bagneux, et de la Vallée de la Bièvre... Il s'éteint en 1935.