Commode galbée Estampillée Léonard BOUDIN

Délicate petite commode galbée toutes faces avec plateau en marbre rouge des Flandres.

Estampillée Léonard BOUDIN, reçu maitre en 1761, collaborateur de Pierre MIGEON. Estampille et Jurande des Maitres ébénistes (JME) visibles sous le marbre.

Fabrication du XVIIIème siècle. Meuble d'époque et de style Louis XV.

Dimensions (Hauteur/Largeur/Profondeur): 85 x 55 x 42 cm.

Expertise commissaire priseur.

 

Artiste exposé en France au Musée du Louvre, au Musée Carnavalet, au Musée des Arts Décoratifs de Lyon mais également au Château de Versailles et au Château de Champs-sur-Marne; et à l'international au Museum of Art de Cleveland (USA).    

 

  • Forme : Petite commode galbée toutes faces montée sur quatre pieds cambrés.    
  • Ouvrants : 2 tiroirs ouvrants (clé fournie)    
  • Ornementation : Chutes, sabots, poignées, cul de lampe et entrées de serrures en bronze doré de style Rocaille. Clé d'origine.
  • Marbre : Plateau de marbre rouge des Flandres mouluré.
  • Marqueterie : Marqueterie de bois précieux, placage d'amarante et bois de violette marqueté en feuilles.

Commode galbée Estampillée Léonard BOUDIN

4 800,00 €Prix
  • Estampille Léonard BOUDIN (1761)

    Né en 1735, Léonard BOUDIN commence modestement sa carrière comme simple ouvrier au Faubourg Saint Antoine aux côtés du célèbre ébéniste Pierre MIGEON. Celui-ci lui demande d'exécuter des meubles à marqueterie fleurie et du mobilier laqué, d'inspiration chinoise, dans le goût de l'époque. Face aux succès de ces premières commandes, Léonard BOUDIN passe alors sa maîtrise.

     

    Recu Maître ébéniste en 1761, il installe son atelier rue Traversière à Paris, où l'on reconnait la finesse et la perfection de ses marqueteries. De fameux marchands lui commandent alors des meubles, tels que Louis Moreau ou encore Gérard Péridiez. Face à l'afflux de commandes, il ouvre un magasin rue de Fromenteau en 1772, où il vend également bronzes et porcelaines. Il sera ensuite transféré en 1777 dans le cloître de Saint Germain l'Auxerrois. 

     

    Il est alors l'un des principaux négociants de Paris et ses meubles de style Louis XV, Transition, Louis XVI sont reconnaissables par leur excellente fabrication, leurs placages et leurs marqueteries caractéristiques. Aujourd'hui encore, on parle de marqueterie "à la manière Boudin". Celle-ci se caractérise par de grandes rosaces avec des effets de frisages singuliers en arc de cercle, ou encore des boucles situées aux 4 angles des panneaux ou au sommet des pieds du meuble. Son estampille est la preuve de la grande qualité d'un meuble.