DUPRE Jules (1811-1889) "Vaches à la mare, environs de l'Isle-Adam"
Huile sur panneau monogrammée, en bas à gauche.
Certificat de l'expert joint à l'œuvre.
Dimensions du panneau : 35 x 53 cm
Dimensions avec son cadre : 55 x 72 cm
Expertise commissaire priseur

 

Artiste exposé à l'international : au Musée des Beaux-Arts de Buenos Aires en Argentine, de Budapest en Hongrie, de Rio de Janeiro au Brésil, de Bakou en Azerbaïdjan en Australie, de Wroclaw en Pologne, Pouchnkine de Moscou en Russie, à la National Gallery de Victoria de Melbourne,  au Royaume-Uni à la National Gallery de Londres,  aux Etats-Unis au Metropolitan Museum of Art de New-York, et au Musée des Beaux-Arts de Houston.

DUPRE Jules "Vaches à la mare, environs de l'Isle-Adam"

3 800,00 €Prix
  • DUPRE Jules (1811-1889)

    Considéré comme l’un des meilleurs paysagistes du siècle, Jules DUPRE fait ses débuts comme décorateur porcelainier au sein de la manufacture paternelle. Il intègre par la suite l'atelier du peintre paysagiste et animalier Diébolt et se lie d'amitié avec le paysagiste Louis Cabat. Il vend ses premières toiles à Paris et participe au Salon dès 1831. En 1834, il se rend en Angleterre afin d'étudier auprès du maitre du paysage anglais, John Constable.

     

    Comme beaucoup d'artistes de l'époque, Jules Dupré profite de l’invention du tube de peinture au début des années 1840 et de l’aménagement de lignes de chemin de fer autour de Paris pour capturer la nature dans toute sa force, sa complexité, sans artifices. Il fréquente alors les artistes liés à l'école de Barbizon et les grands figures du moment à l'auberge du père Ganne, tels que Alexandre-Gabriel Decamps, Eugène Lami, Constant Troyon, Narcisse Diaz de la Pena. Il noue une amitié profonde avec Théodore Rousseau.  Camille Corot le surnomme « le Beethoven du paysage ».  Van Gogh ne tarie pas d’éloges dans ses lettres à son frère,Théo.