FAURE Camille (1874-1956) "Ruisseau dans le sous-bois"
Email peint sur cuivre, signé en bas à droite "C.FAURE Limoges"
Dimensions de l'œuvre : 25 x 20 cm 
Expertise commissaire priseur

FAURE Camille "Ruisseau dans le sous-bois"

650,00 €Prix
  • FAURE Camille (1874-1956)

    Camille Fauré est l’un des émailleurs les plus célèbres de la période art déco à Limoges. Né à Périgueux, il emménage à Limoges avec sa famille dans les années 1880 pour le travail de son père, peintre en bâtiment. A 21 ans, Camille reprend la florissante affaire familiale, mais diversifie son activité,  en se spécialisant sur les enseignes, les vitrines, les églises ou le faux marbre, puis, en 1920, décide de se tourner vers une spécialité fort appréciée dans la région, abandonnée depuis longtemps mais qui revient à la mode à la faveur de la redécouverte, depuis le milieu du XIXe siècle, des techniques médiévales : les émaux d’art. 

     

    Un choix judicieux, et mené avec intelligence puisque Fauré saura également s’entourer d’artisans de talent, à l’instar d’Alexandre Marty. Leurs premières productions ne font pas mouche, proposant un style floral art nouveau démodé, mais Fauré change d’orientation dès 1925, prenant le train de l’art déco ; il s’adresse à une clientèle plus haut de gamme, qu’il peut atteindre grâce à sa collaboration avec les marchands parisiens mais aussi à ses participations à de grandes expositions, comme la Foire de Lyon en 1925 ou l’Exposition internationale de Paris. Il propose des vases de formes variées aux motifs géométriques, voire cubistes, réalisés par les artistes Louis Valade, Lucie Dadat ou encore Pierre Bardy ...

     

    Face à la crise de 1929, Fauré décide une nouvelle fois de réorienter sa production en se tournant cette fois ci vers un marché de masse, en réalisant des œuvres à petits prix à décor floral et naturaliste. Il continue dans le même temps d’éditer des vases de la période précédente. L’activité de l’atelier de Camille Fauré s’avère grandissante jusque dans les années 1960. Une vingtaine d’ouvriers produisent de nombreuses pièces pour tous les budgets.

     

    Camille Fauré meurt en 1956 et sa fille Andrée prend la succession, avec son mari Louis. Si les vases à décor géométrique reviennent à la mode dans les années 1960, l’atelier ferme ses portes en 1985, malgré de nombreuses tentatives de relance par son fils Gérard. La mode a définitivement changé.