Meuble d'appui Estampillé AVRIL en palissandre et dessus de marbre blanc

Elégant meuble d'appui à façade galbée en palissandre et dessus de marbre blanc.
Estampille de l'Atelier AVRIL et JME, Jurande des Maîtres Ebénistes, sous le marbre.
Etienne Avril devient maitre ébéniste en 1774.
Son frère cadet Pierre, ouvrier libre, reprend l'atelier au moment de la Révolution Française.
Meuble du XVIIIème siècle, d'époque et de style Louis XVI.
Dimensions du meuble (Hauteur/Largeur/Profondeur) : 109 x  92,5 x 41 cm
Expertise commissaire priseur.

 

Artiste exposé au Château de Fontainebleau, au Musée Marmottan à Paris et au Musée des Arts Décoratifs de Lyon.

 

  • Forme : Meuble à façade galbée et côtés incurvés montés sur 4 pieds fuselés, montants arrondis engagés de trois quarts à cannelures simulées.
  • Ouvrants : Un tiroir en partie haute, un casier à volets et deux tiroirs à traverse dissimulée.
  • Ornementation : Galerie de laiton ajourée ceinturant le plateau de marbre. Garniture de bronze doré : Chutes d'angle simulant branches et carquois en médaillon, entrées de serrure à décor de noeuds et poignées de tirage en anneaux, sabots simples aux pieds.
  • Marbre : Plateau de marbre blanc.
  • Marqueterie : Palissandre et bois de placage en feuilles dans un encadrement de filets.

 

Meuble d'appui Estampillé AVRIL en palissandre et dessus de marbre blanc

5 800,00 €Prix
  • Estampille Etienne AVRIL (1774)

    Appelé Avril l’aîné pour ne pas le confondre avec son frère Pierre, Etienne Avril, ouvre sa boutique principale rue de Charenton, à l’angle de la rue Moreau mais également quelques magasins près de la porte Saint-Antoine. On le sollicite pour de nombreuses commandes, notamment la reine Marie-Antoinette pour son appartement du château de Saint-Cloud.

     

    Les meubles de l'atelier Avril se caractérisent par des lignes simples et de grandes surfaces unies, typiques du style de Louis XVI. Le plus souvent en acajou et en satiné, mais aussi en bois des Indes, en placage de citronnier, en amarante, en bois de rose.

     

    L'atelier compte quelques modèles en marqueterie géométrique. Les formes sont légères et bien proportionnées, les bronzes discrets, presque absents, sont visibles uniquement aux entrées de serrures et parfois sous forme de fines baguettes d’encadrements qui soulignent les lignes et l’architecture du meuble.


    Au cours de son activité d’ébéniste, Etienne Avril produit des commodes, des consoles, des bibliothèques, des secrétaires, des tables de nuit ou encore des chiffonniers... Bien que moins fréquents, il réalise également quelques meubles d’appui et tables tric trac en acajou.

     

    A l’aube de la Révolution, Etienne Avril cède sa boutique de la rue de Charenton pour ne garder que les magasins de la porte Saint-Antoine. Après son décès en 1791, il faut organiser plusieurs ventes aux enchères, de plusieurs jours à chaque fois, afin de vendre le nombre incalculable de marchandises accumulées.